,

Vente aux enchères suite à liquidation judiciaire…

Hier matin, je suis allé à une vente aux enchères suite à une liquidation judiciaire sur Montpellier. Et je dois vous dire que j’étais mal à l’aise.

J’y étais afin d’essayer de faire l’affaire du siècle en rachetant un iMac 27′.

Je suis arrivé là-bas vers 8H40, soit une vingtaine de minutes avant la vente et petit à petit, j’ai vu arriver deux types de personnes. Les professionnels du truc (ceux qui font cela toutes les semaines) et les petits « loups aux dents longues » qui viennent dépecer un cadavre…

Je ne sais pas si c’est l’impression de me trouver dans cette deuxième catégorie, ou le fait que je sois créateur et chef d’entreprise, qui m’a mis mal à l’aise, mais une chose est certaine, j’ai ressenti une ambiance étrange… C’était comme de rentrer dans la maison d’un défunt par accident, on retrouve les affaires à l’endroit où il les a laissé… Là il y avait des piles de papiers par terre, des post it sur les tableaux blancs, des crayons sur les bureaux… Une vision étrange et dérangeante…

Inutile de vous dire que je n’ai pas eu l’iMac qui est parti (à mon avis) à un prix bien trop élevé… Mais qui sait peut-être que l’acheteur était un concurrent, bien trop content de récupérer le disque dur et ses données, là le prix payé n’était pas pour l’ordinateur… Oui je regarde peut-être trop la TV 😉

Bref, une parenthèse étrange dans une semaine bien trop calme…

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

4 Comments

  1. j’ai eu la curiosité d’y assister également.
    Tu as plus l’impression d’être dans un repère de nécrophage qu à une vente aux enchères.

    j’y ai vu des portables standards (de 5ans au moins) partir pour 500€ hors frais (env 14%), personnellement je ne comprenait même pas cette sur enchères.

    J’en suis sorti en en ayant la certitude que j’aurai moins cher chez Electrodepot, ce qui a été le cas, neuf et garanti …

    je partage ton avis : Ce qui était (sur)acheté , c’était les portables, les serveurs. Le gars savait ce qu il voulait acheter et comme toi je pense qu il achetait les données du concurrent, plus qu un materiel quasi obsolète.

    Non tu ne regarde pas trop les série TV américaines :))
    Thierry

  2. Par contre c’est un bon plan pour meubler les locaux…
    Il y avait des bureaux, des chaises, des armoires, pour 60 euros pièce ou 120 euros le lot (table, chaise, armoire), des prix dingue… De plus que c’était des meubles quasi-neuf et de super bonne qualité ;-(

  3. Bienvenu dans une partie de ma tache professionnelle 😉 Bon, moi j’interviens avant la liquidation judiciaire j’avoue mais on aboutit souvent à de telles ventes aux enchères. Certes, on peut voir cet aspect avec un côté macabre comme vous le faites remarquer néanmoins quand on arrive à ce stade de la procédure c’est qu’on a tout tenté pour sauver la société qui était en perdition: il ne faut pas croire qu’on arrive à la liquidation judiciaire et à la vente forcée en claquant des doigts. De plus, en enchérissant sur les biens restants vous permettez à certains créanciers de se payer, à défaut et bien adieu dette et pour le créancier voilà de l’argent réellement perdue.

  4. Je ne critique pas le rôle du commissaire-priseur, ni de la procédure. C’était juste une réflexion sur mon sentiment pendant cette vente et sur le comportement des « acheteurs ».
    Alors Roberto, ce déménagement ?